Parcé-sur-Sarthe lutte contre l’ambroisie

publié le 24 octobre 2019 (modifié le 25 octobre 2019)

Face à la prolifération de l’ambroisie à feuilles d’armoise, plante hautement allergène, les acteurs locaux s’organisent. C’est notamment le cas à Parcé-sur-Sarthe, un des principaux foyers en Pays de la Loire. Michel Gendry, le maire de la commune, en témoignait lors des ateliers de mi-parcours du PRSE3.

© MEEDDM - Laurent Mignaux

© MEEDDM - Laurent Mignaux

Arrivée en France il y a 25 ans via des semences de trèfle originaires d’Amérique du Nord, l’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante invasive hautement allergène. Après s’être d’abord implantée en Rhône-Alpes, elle gagne du terrain en France, notamment en Pays de la Loire. L’un des principaux foyers est situé à Parcé-sur-Sarthe.

Inquiète de sa prolifération, la commune a engagé dès 2017, avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS) et le réseau Polleniz*, plusieurs actions : état des lieux des parcelles infestées, réunion avec la Chambre d’agriculture, travail de sensibilisation auprès des agents municipaux, des agriculteurs et des riverains…

Premières solutions

Cette plante envahit les parcelles en poussant dans la culture en place ou en levant sur chaume. Très résistante, elle peut se régénérer en trois semaines. Le tournesol est particulièrement touché, car peu de produits efficaces sur l’ambroisie sont homologués sur cette culture. Le fauchage, le broyage et le déchaumage restent les premières techniques préconisées (avant le traitement chimique). Une autre solution envisagée est l’abandon progressif du tournesol en faveur du maïs : l’inconvénient est que cette culture est plus gourmande en eau…

Près de 110 hectares infestés

Afin d’affiner le diagnostic sur Parcé-sur-Sarthe, une nouvelle prospection a été effectuée en juin dernier. Le résultat est sans appel : la présence de l’ambroisie a été identifiée sur 109 des 219 hectares étudiés ! Ces données ont ensuite été partagées avec un groupe d’acteurs locaux impliqués. Elles serviront de base à l’élaboration d’un plan de surveillance, de prévention et de lutte contre l’ambroisie. Un arrêté préfectoral devrait être prochainement mis en place pour étendre cette démarche au niveau départemental.

Réseau syndical professionnel régional en charge de la santé du végétal (anciennement FREDON).

Pour aller plus loin :
- La presse en parle : article du Ouest France.